Comment négocier une assurance-vie ? Quels sont les frais à négocier ?

Après avoir déterminé le montant que vous allez souscrire, le type de contrat que vous allez choisir, les supports qui vous intéressent ou l’allocation d’actifs que vous allez mettre en place, vous allez devoir comparer les frais selon les contrats et les Compagnies d’assurance-vie. Vous verrez que, bien souvent, les frais sont opaques et bien peu mis en avant sur les propositions d’assurances. Il vous faudra donc demander aux assureurs qu’ils vous détaillent l’ensemble des frais du contrat d’assurance-vie proposé. Ainsi, vous serez en mesure de bien comparer pour pouvoir négocier ces frais auprès des meilleures Compagnies d’assurance-vie que vous aurez retenues. 

Voyons ci-dessous comment négocier une assurance-vie et ainsi optimiser les futurs rendements de votre épargne.

Concernant les frais que supporte une assurance-vie, deux approches devront être étudiées ci-dessous : Les frais à la souscription du contrat et les frais durant la vie du contrat.

Assurance-vie – Les frais à la souscription du contrat

Frais sur versements ou droits d’entrée

Ces frais sont mentionnés en pourcentages et s’appliquent directement sur la somme qui doit être investie. C’est donc le 1er versement qui génère le montant des droits d’entrée qui seront prélevés. Ainsi, le montant net que vous allez investir correspond au montant du 1er versement – les droits d’entrée.

Exemple : Vous souscrivez une assurance-vie pour un montant total de 10 000 Euros. Les frais sur versements étant de 3%, le montant net qui sera investi sera de 10 000 Euros – 3% soit 9 700 Euros.

A savoir que ces droits d’entrée seront perçus à l’occasion de chaque versement (à la souscription mais également à chaque versement complémentaire et chaque versement programmé).

Selon les contrats et les assureurs, le montant de ces droits d’entrée varie entre 0 et 5%. 

Le plafond de frais sur versements est fixé à 5% par le Code des assurances. Or, ce montant maximum de frais de 5%  inclue non seulement les droits d’entrée sur le versement mais également les éventuels frais de dossiers ou frais d’adhésion qui se rajoutent quelquefois au moment de la signature du contrat. C’est pourquoi, sur les conditions de certains contrats, les droits d’entrées indiquent un maximum de 4,75% par exemple.

Frais de dossiers ou frais d’adhésion

Certains assureurs vont prendre (en plus des droits d’entrée) des frais de dossier. Ils peuvent aller de 20 à 100 Euros mais ils ne sont prélevés qu’à la souscription du contrat.

Peut-on négocier les frais sur versements ?

OUI, et c’est d’ailleurs recommandé. En fait, comme les frais sur versements ou droits d’entrée vont rogner chaque nouveau versement, il est important de bien les négocier avant de signer un contrat. En effet, plus les droits d’entrée seront élevés moins le rendement sera performant. Ceci est encore plus vrai si vous pensez verser régulièrement des fonds dans votre assurance-vie ou si vous souhaitez mettez en place des versements programmés.

Les assureurs sont généralement gourmands et vous essayer de vous en prélever un maximum. Mais face à la concurrence des contrats en ligne qui (grâce à des coûts de fonctionnement réduits) proposent très souvent « 0% de frais sur versements » ou « 0% de droits d’entrée »), le souscripteur pourra argumenter afin de faire baisser le taux proposé par l’assureur traditionnel.

De plus, en cas de versement important, le souscripteur sera en position de force et pourra demander un taux inférieur à 1%.

Important : Pour être sûr que la négociation a abouti, le souscripteur doit vérifier sur le bulletin de souscription que les droits d’entrée ont bien été diminués par rapport au taux standards. Il faudra également le contrôler à la réception des conditions particulières (ou certificat d’adhésion) qui doivent mentionner clairement les droits d’entrée ou frais sur versement.

Pour les souscripteurs qui veulent épargner progressivement grâce à des versements programmés, dans une logique d’optimisation de leur placement financier, il vaudra mieux privilégier un contrat dont les frais sur versement seront vraiment très réduits voire à 0%.

Et même si l’assureur argumente en disant qu’il vaut mieux un placement qui rapporte 6% avec 3% de droits d’entrée plutôt qu’un placement qui rapporte 2% avec 1% de droits d’entrée, sachez que cela ne veut rien dire car les rendements se comparent net de frais de gestion et sur des périodes bien définies. Point important que nous allons aborder dans le chapitre suivant.

Assurance-vie – Les frais durant la vie du contrat

Assurance-vie – Les frais de gestion

Les frais de gestion servent à rémunérer l’assureur pour la gestion des différents supports d’un contrat d’assurance-vie. Ils sont en moyenne de 0,70% pour les fonds en Euros et de 1% pour les unités de compte (UC) mais peuvent varier selon le type de fonds en Euros et le type d’UC. Ces frais annuels sont indiqués en pourcentage pour chaque support.

Les frais de gestion vont impacter de manière importante la performance réelle des différents supports. En effet, si une UC a une performance de 3% sur 1 an et que les frais de gestion annuels de cette UC sont de 1,5%, son rendement net ne sera plus que de 1,5% !

Assurance-vie – Frais de gestion des fonds en Euros

Les frais de gestion des fonds en Euros viennent en déduction du rendement annoncé par l’assureur. Ils sont calculés sur les intérêts générés sur 1 an et prélevés au 31/12 de chaque année en tenant compte du versement de la participation aux bénéfices du fonds. Ainsi, l’assureur connaît la performance nette du fonds en Euros. Cette performance nette est celle qui est ensuite soumise aux cotisations sociales qui sont prélevées également au 31/12.

Au final, lorsqu’on enlève les droits d’entrée, les frais de gestion et les prélèvements sociaux, le rendement effectif de votre placement est très loin du rendement officiel du fonds en Euros !

C’est pourquoi il est très important, à la souscription du contrat d’assurance-vie, de bien négocier les frais de gestion pour les ramener à un taux le plus bas possible.

En moyenne, les fonds en Euros affichent des frais de gestion autour de 0,80% par an. Mais le souscripteur peut essayer de négocier un taux autour de 0,60% sur certains contrats en ligne ou si le montant investi est assez conséquent.

Comme nous l’avons évoqué précédemment, il est conseillé de négocier le taux des droits d’entrée mais négocier celui des frais de gestion du fonds en Euros est encore plus intéressant.

Assurance-vie – Frais de gestion des Unités de Compte (UC)

Rappelons que les unités de compte sont des supports adossés à des fonds, actions, SICAV, FCP, SCPI, obligations… Dans un contrat d’assurance-vie, la valeur des UC est exprimée en parts et non en montants. Pour valoriser une ligne d’UC, il suffit de multiplier le nombre d’UC par la valeur liquidative de l’UC (fournie par la société de gestion).

Nbre d’UC x Valeur liquidative de l’UC = Valorisation de la ligne d’UC

Le nombre d’UC étant la valeur à prendre en compte, les frais de gestion ne vont pas se calculer sur un montant mais sur le stock d’UC. Du coup, chaque ligne d’UC sera diminuée du nombre d’UC calculés et prélevés pour frais de gestion.

Exemple : Pour des frais de gestion annuels de 1% sur les UC, une ligne de 1000 UC au 01/01 sera diminuée à 990 UC au 31/12.

Généralement, ces frais de gestion sont prélevés trimestriellement.

Reprenons notre exemple de frais de gestions annuels de 1% : Pour une ligne de 1000 UC, le montant des frais sera calculé ainsi : (((1000 – 0,25%) – 0,25%) -0,25%)-0,25%

Contrairement aux fonds en Euros, les cotisations sociales ne sont pas prélevées chaque année sur les gains des UC. Pour les UC, les prélèvements sociaux sont calculés sur le montant total des plus-values des UC du contrat et ne sont pris que lorsqu’il y a rachat (à condition s’il y ait bien une plus-value).

Par rapport aux frais de gestion sur les fonds en Euros, les frais de gestion des UC sont plus élevés. Ils varient selon le type d’UC (monétaire, obligataire, actions…) de 0,80% à 3 ou même 4% par an.

Là aussi, il sera important que le souscripteur ramène ce taux le plus bas possible car tout comme pour les frais de gestion du fonds en Euros, ce sont des frais récurrents qui grignotent progressivement votre épargne.

Ces frais de gestion annuels sur UC concernent les contrats en gestion libre, c’est-à-dire les contrats où le souscripteur gère lui-même l’allocation d’actifs (choix des supports, arbitrages…).

Pour les contrats bénéficiant de mandats de gestion, il y aura d’autres frais que nous allons détailler plus bas.

Assurance-vie – Autres frais de gestion

Frais de gestion des fonds à l’intérieur des UC :

En plus des frais de gestion sur UC que nous venons d’évoquer, vont s’ajouter, pour certains fonds, des frais de gestion internes aux fonds des UC. Ces frais n’apparaissent pas dans les conditions de votre contrat d’assurance-vie. Ils sont plus difficiles à identifier car ils ne sont affichés que sur la notice d’information du fonds (DICI). La valeur liquidative du fonds intègre les frais. Ils sont donc totalement invisibles et ne peuvent pas être négociés.

Frais de gestion de mandat :

La gestion sous mandat ou gestion profilée ou gestion déléguée consiste confier à une société de gestion ou à la Compagnie d’assurance l’allocation d’actif de son contrat. C’est cet organisme qui gérera les choix des supports et les montants à arbitrer en conformité avec le profil de risque choisi par le souscripteur (prudent, équilibre, dynamique…).

Pour les contrats bénéficiant d’un mandat de gestion, s’ajouteront encore les frais de gestion de mandat. Là aussi, le souscripteur peut négocier à la baisse le taux que lui proposera l’assureur.

Assurance-vie – Frais d’arbitrages

Les frais d’arbitrage sont des frais qui sont prélevés directement sur le nombre d’UC à chaque fois que le souscripteur change de support c’est à dire à chaque fois que le souscripteur réalise un transfert de fonds d’un support vers un autre support.

Exemple : 100% de désinvestissement d’une UC XXX dont la ligne totalise 120 UC vers 100% de l’investissement d’une UC YYY qui totaliserait 170 UC. Le nombre d’UC YYY (170) sera diminué 1% de frais d’arbitrage et sera au final de 168,30 UC.

Ces frais d’arbitrages sont différents selon les types d’UC (actions, obligations, monétaires) et peuvent aller de 0,30 à 1% ou être forfaitaires (exemple 20 Euros par arbitrage).

Bien entendu, ils peuvent aussi être réduits. Si le souscripteur ne réalise des arbitrages que de manière exceptionnelle, il pourra demander en amont à son conseiller la gratuité de l’opération.

Par contre, si le souscripteur prévoit de réaliser plusieurs arbitrages par an, il vaut mieux négocier les frais à la souscription du contrat ou privilégier un contrat qui en propose gratuitement. En effet, nombreux contrats proposent un à trois arbitrages gratuits par an. Et les contrats internet sont les mieux placés concernant les frais d’arbitrage car pour la majorité tous proposent la totalité des arbitrages gratuits.

Assurance-vie – Frais relatifs aux options de gestion

Les contrats multi-supports proposent plusieurs options de gestion qui, pour la plupart, ont un coût.

En effet, les options comme la sécurisation de la plus-value, la limitation des plus-values, le stop win ou stop loss peuvent générer des frais supplémentaires pouvant aller de 0,05% à 0,30%. Encore des frais que le souscripteur pourra négocier

Assurance-vie – Frais de rachat ou de sortie

Ce sont des frais qui sont prélevés lorsque le souscripteur fait des retraits ou fait un rachat total avant les 8 ans du contrat. Les contrats prévoyant ce type de frais sont assez rares mais il vaut mieux contrôler avant de souscrire que les conditions du contrat proposé ne les stipulent pas.  

Peut-on négocier tous les frais d’une assurance vie ?

Face à la multitude de frais que peut cumuler un contrat d’assurance-vie, la question se pose de savoir si on peut tous les négocier. Là, tout dépendra des niveaux de taux proposés. S’ils sont dans la moyenne du marché, le souscripteur devra étudier selon son allocation d’actifs (100% fonds en Euros ou fonds en Euros + UC) et selon ses projets de gestion (libre, mandats de gestion…) les frais qui seront les plus intéressant pour lui de diminuer. Ainsi, il pourra entamer une négociation qui pourra aboutir et ainsi optimiser les futurs rendements de son contrat.

Exemples : Pour un contrat 100% fonds en Euros, il sera inutile de négocier les frais de gestion sur UC, par contre il sera primordial de négocier les frais de gestion sur le fonds en Euros.

Pour un contrat en UC qui ne va pas bénéficier de nombreux versements complémentaires, il vaudra mieux négocier les frais de gestion sur UC plutôt que les droits d’entrée ou frais sur versements.

Peut-on négocier les frais d’une assurance-vie en ligne ?

Sur internet, la majorité des contrats proposés en ligne affichent les frais les plus bas du marché. Les droits d’entrée ou frais de versements sont très souvent à 0, les frais d’arbitrages relativement bas et les frais de gestion sur UC également en dessous de 1%. Dans ces conditions, difficile de demander un effort à l’assureur.

Cependant, sachez que c’est toujours possible. En effet, si vous voulez souscrire un contrat en ligne, vous aurez la possibilité d’appeler un conseiller et ainsi de revoir avec lui les conditions du contrat.

Comment peut-on négocier les frais d’une assurance-vie ?

Faire jouer la concurrence

La 1ère stratégie consiste à étudier deux ou trois bonnes propositions d’assurance. Ainsi, vous pourrez comparer et faire jouer la concurrence. Face à l’assureur, vous pourrez mettre en avant les avantages des autres assureurs ou les meilleures conditions des autres contrats.

Mettre en avant les montants des versements

Si le montant que vous allez souscrire est important (au-delà de 30 000 Euros), vous serez en mesure de mieux négocier les frais auprès des assureurs.

Mais vous pourrez également bien négocier les frais en évoquant possibilités de versements complémentaires conséquents dans le futur (vente d’un bien immobilier, succession prochaine…).

Et bien-sûr, si vous vous engagez à des versements réguliers, vous serez encore en mesure de faire baisser les droits d’entrées et autres.

Pour en savoir plus sur les contrats d’assurance-vie,

consultez notre article :

Fonctionnement de l’assurance-vie

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *